Le risque électrique en télétravail: une responsabilité de tous

Share on linkedin
LinkedIn
Share on twitter
Twitter
Share on facebook
Facebook

Même à la maison le risque électrique en télétravail existe! En effet les salariés sont sous la responsabilité de leurs employeurs en cas d’accident pendant les heures de bureau. Selon l’article L. 1222-9 du Code du travail : « L’accident survenu sur le lieu où est exercé le télétravail pendant l’exercice de l’activité professionnelle du télétravailleur est présumé être un accident de travail au sens de l’article L. 411-1 du code de la sécurité sociale. »

Le danger électrique est forcément présent. 2/3 des habitations avec une installation électrique de plus de 15 ans ne respectent pas un (voire plusieurs) point de sécurité réglementaire, d’après l’Observatoire national de la sécurité électrique. Matériel vétuste, absence de prise de terre, etc.

A savoir que chaque année, en France, les installations électriques défectueuses entrainent quelque 50 000 incendies dans le logement. A l’inverse, la sécurité électrique semble meilleure dans les locaux professionnels soumis selon la règlementation à une vérification annuelle. En claire, le risque électrique est plus important chez soi qu’en milieu professionnel.

De ce fait, l’état de l’installation électrique réalisé lors du diagnostic électrique à la vente ou lors du diagnostic électrique à la location se révèle aussi précieux pour le télétravailleur et son patron. Après tout, c’est la vocation même de ce diagnostic que de veiller à la sécurité des biens et des personnes.

Des entreprises qui font du télétravail depuis plusieurs années l’ont compris en effectuant des « diagnostics télétravail » ; une prestation volontaire, non réglementaire, qui repose essentiellement sur un diagnostic de l’installation électrique du logement. Car le risque est à la fois pour le salarié, mais aussi pour l’employeur qui pourrait voir sa responsabilité mise en cause.

Découvrez nos autres publications